Daniel Thiery

Saint-Martin-de-Brômes

 

SAINT-MARTIN-DE-BROMES

 

Faisait partie du diocèse de Riez et de la viguerie de Moustiers, aujourd’hui dans le canton de Valensole. La commune est à la limite sud du plateau de Valensole côtoyant la rive droite du Verdon. Elle est irriguée par le Colostre sur la rive gauche duquel passait la voie antique Riez-Aix-en-Provence. Un milliaire a été trouvé dans le village ainsi que de nombreux sites antiques répartis sur toute la commune (CAG, n° 189, p. 418-426). Si cette période est bien documentée il en est de même pour la période du début du deuxième millénaire. Ce territoire apparaît propice à la colonisation humaine. Le cartulaire de Saint-Victor livre en effet plusieurs chartes dont voici un résumé.

 

Vers 1020 (I, n° 624, p. 621).

Pandulphe et son épouse Lutgarda et leurs fils Lambert, Athanulfe, Gontard, Hugues, donnent à Saint-Victor deux modiées de terre culte dans la vallée que tous appellent Archantiosco au lieu dit Fonte Natalis. Dans un autre lieu huit setérées et dans un autre une modiée de vigne.

1031 16 septembre (I, n° 629, p. 625-626).

Moi Pons Arbert et ma mère nommée Adalgarde, mes frères Bertrand, Allebert, Fulco, Josfred, Arbert, Hugues, Augier, faisons donation à Saint-Victor, soit à l’église Saint-Pierre, de deux manses. Cette donation se trouve dans le territoire du castrum appelé Archincosc dans le comté de Riez. Les confronts autour de l’église sont ceux-ci : à l’orient la voie qui vient de Valanzola à la croix ; au midi la voie publique jusqu’au nocarium (?) d’Adanulfe ; à l’occident, terre culte et vigne jusqu’au petit vallon de Rainald Scalato ; au septentrion, vigne et terre agreste où se nourissent les lapins.

1038 (I, n° 625, p. 622).

Moi Lambert et mes frères Gontard et Hugues, donnons un manse qui fut de Durante Composto avec toutes les terres, champs, vignes, prés et moulins. Nous donnons ledit manse au moine Guarnulf et à Saint-Pierre de Saint-Victor martyr. Ce manse est dans le comté de Riez dans le territoire du castrum appelé Archincosc. Donation faite dans le castrum de Arcincosco.

1042 (I, n° 623, p. 620).

Guntard et Hugues Tinctus, pour le repos de l’âme de leurs parents et de leur frère Lambert, donnent l’église Saint-Martin de Brumece, avec tout son territoire. Au midi, le fleuve Colostica (Colostre) à l’orient en suivant le vallon de Gramineria, porte jusqu’au vallis Pineti (Ravin de Pinet) jusqu’au champ de Deda ; à l’est jusqu’à la fontaine Viliosum (vallon de Veiselle ?) qui porte au fleuve Colostica. Parmi les témoins Petrus ministralis de Archincosco.

Vers 1065 (I, n° 627, p. 623-624).

Charte des églises qui sont dans la vallée appelé Archincosch, sainte Marie et saint Pierre et saint Jean et saint Martin avec leurs possessions de terres.

Poncius Arbertus et ses fils Rostagnus, Aldebertus et Pontius de Brac donnent en héritage à l’église Saint-Jean et à l’église Saint-Pierre une modiée de terre à pain et une à vin dans le territoire de Saint-Martin. Confronts, au midi voie publique, à l’orient vallon de la vigne d’Albelloni, au septentrion jusqu’au Serre, à l’occident en suivant la vigne de Pons Plura. Cette terre quand elle fut donnée par eux était une herme, mais après est plantée de vignes.

Pons Arbert avec ses fils et avec Pons de Braz donnent à l’église Saint-Martin une modiée de vigne, dans la terre de Ricard et dans ledit territoire de Saint-Martin.

Hugues Tinctus donne à l’église Saint-Jean une modiée de terre à pain jouxtant la crypte de ladite église ; et Arbert de Grisul une autre modiée à pain. Ledit Hugues Tinctus donne à l’église Saint-Pierre une modiée de terre à pain. Ces deux modiées sont toutes deux dans le vallon Aligera.

1064-1079 (I, n° 6285, p. 624-625).

Moi, Pierre, ministral de Archincosco, fait guerpition (remise) à Saint-Victor de tout de que j’ai requis en obédience de Saint-Martin de Bromezes, dont l’église est dans le territoire de Archincosco, consistant en la tasque et la moitié des hommes que j’ai fait venir ici, ainsi que la moitié du défens et des rives de la rivière et la partie que je réclamais en dîme.

 

Ces textes fournissent de nombreuses données. D’abord, le territoire a pour nom Archincosco, Archincosch, Archantiosco. C’est un castrum qui s’étend dans toute la vallée et qui est dirigé par un ministral cité deux fois sous le nom de Pierre [1]. L’église Saint-Martin fait partie de ce castrum et est dite de Brumece ou Bromezes.

 

Mais ce n’est pas la seule église, il en existe trois autres, Sainte-Marie, Saint-Pierre et Saint-Jean qui reçoivent des dons de plusieurs familles. Ces dons consistent principalement en manses, en terres à blé sous la jolie formule de terre à pain. Il y a aussi des vignes, terre à vin, des prés, des moulins. On reconnaît parmi les lieux-dits, le Colostre, le vallon de Veiselle, le ravin de Pinet, la voie publique et celle qui vient de Valensole.

 

C’est en 1042 qu’est citée l’église Saint-Martin de Brumece. Elle est donnée à Saint-Victor par une famille de laïcs qui la possède avec les terres qui en dépendent. Ce sont deux frères Guntard et Hugues Tinctus dont les parents et leur frère Lambert, tous trois décédés, sont déjà cités en 1038 faisant don d’un manse au moine Garnulf de Saint-Victor à la tête de l’église Saint-Pierre. C’est à partir de 1064-1079 que la main-mise de Pierre, ministral d’Archincosc, sur le territoire va passer de main [2]. En effet, il fait la deguerpitio, la remise, de tout le pouvoir, obédience, qu’il possède sur le territoire et sur l’église Saint-Martin. Cet abandon du pouvoir va causer la perte du castrum d’Archincosc au profit du nouveau castrum qui s’élève à l’emplacement de l’église Saint-Martin et qui va devenir le castrum Sancti Martinetti de Bromeses cité en 1237 ou le castrum de Sancto Martino de Bromeses cité en 1252 (RACP n° 278, p. 367 et Enquêtes, n° 571, p. 359). 

 

En 1079 sont citées deux cellae dépendant de Saint-Victor, cella sancti Petri de Archincosc et cella sancti Martini de Bromec (II, n° 848, p. 237). En 1098, c’est la dernière citation du castrum d’Archincosc et des quatre églises : ecclesie de castro et valle Archinzosc sancte Marie et sanctorum Petri, Johannis et Martini (II, n° 697, p. 39). Saint-Victor va encore être en possession des deux prieurés de Saint-Pierre et de Saint-Martin en 1113 et 1135, cella sancti Petri de Archincosc, cella sancti Martini de Bromed (II, n° 848, p. 237 et II, n° 844, p. 226), mais ils ne sont plus cités par la suite. Désormais, il n’existe plus qu’une seule église avec à la tête un prior Sancti Martini de Bromesis, desservie par un capellanus Sancti Martini  (Pouillés de 1274, p. 107-108). C’est au cours du XIIe siècle que va être bâtie l’église Saint-Martin avec sa nef centrale qui comporte trois travées voûtées d’un berceau légèrement brisé et soutenu latéralement par des arcs de décharge. Le bas-côté sud, gothique, remonte au XVIe siècle, une chapelle latérale nord également. L’abside semi-circulaire est voûtée en cul-de-four. Le clocher-tour, au fût bâti de moellons, arbore une flèche pyramidale dont les pierres de taille composent un volume solide, plein, grisâtre (Collier, p. 67). Il date la partie romane du début du XIIe siècle tandis qu’Alpes Romanes la place au milieu du XIIe siècle (p. 60).

 

435. Eglise Saint-Pierre d’Archincosc

 

C’est la première qui est citée par les chartes, en 1031 et en 1038. Un moine de Saint-Victor nommé Guarnulf la dessert et reçoit des dons en terres et vignes ainsi que deux manses. L’ensemble se trouve dans la vallée ou le territoire d’Archincosc. Les confronts ne permettent pas de situer l’église. Cependant le cadastre de 1826 signale un quartier St Pierre en section B 3 dite section de Saint-Joseph. Il signale également au nord la crête de St Pierre que mentionnent également les cartes modernes. La dernière citation date de 1135, cella sancti Petri de Archincosc.

 

436. Eglise Saint-Jean

 

La seule citation de cette église date des environs 1065. Elle reçoit aussi des dons en terres et en vignes. Elle est signalée avec une cripta. A cette époque la crypte n’est pas nécessairement enterrée, sous l’église. On en trouve « hors-œuvre », le plus souvent à l’arrière du chevet. Elles correspondent à l’architecture romane et disparaissent à la période gothique [3]. La carte de Cassini n° 153 signale une chapelle St Jean en état à l’est du village. Le cadastre de 1826 nomme la section où elle se trouve Section C de St Jean mais ne signale aucun édifice religieux. Au sud de cette section on rencontre la Plaine Saragousse. Les cartes actuelles place également dans ce secteur le quartier St-Jean.

 

437. Eglise Sainte-Marie

 

Elle ne fait l’objet que d’une seule citation, comme la précédente vers 1065, mais il n’est signalé aucun don en sa faveur. Elle n’apparaît sur aucune carte ni cadastre, ni comme édifice, ni comme lieu-dit. Par contre la carte de Cassini signale une chapelle et un quartier Ste Anne situés au NNE du village à proximité de Terrerouge. Sur les cartes actuelles, il faudrait la placer au Petit Pinet là où le cadastre de 1826 signale un bâtiment rectangulaire prolongé par une abside carrée plus étroite (section B 2, parcelle 249). Une autre possibilité s’offre avec le bâtiment nommé Roux (parcelle 306) qui présente la même particularité et serait mieux situé par rapport à la situation donnée par Cassini, au confluent de deux ravins. Mais il pourrait s'agir de simples fours à pain !

 

Synthèse

 

Les quatres églises sont toutes citées au XIe siècle et l’abbaye Saint-Victor est déjà là au début du siècle, vers 1020. Si l’église Saint-Pierre est associée au castrum d’Archincosc et celle de Saint-Martin au territoire de Brumece, les deux autres semblent être isolées, sans être assimiliées à un habitat groupé. Il est probable que la fondation de ces églises remonte à la période carolingienne et qu’elles ont repris vie lors de la paix revenue et le retour des moines. La documentation exemplaire de cette commune permet de mieux appréhender l’histoire d’autres territoires moins connue.

_______________________________

 

[1] Sur l’étymologie de Archincosco, Guérard dans son index géographique (p. 842) indique Saragousse, Charagousse, lieu-dit cité par Cassini et le cadastre de 1826. J.P. Poly 2 suggère un nom d’homme Archuntius porté par un évêque de Riez au VIIe siècle (p. 180, note 92).

[2] Ministral : Ministérial a pour synonyme official et sergent et désigne un homme titulaire d’une fonction ou d’un office (Collectif, Dictionnaire du Moyen Age, PUF, 2002, p. 925).

[3] Idem, p. 377.

 

Voir site Dignois