Daniel Thiery

Selonnet

 

SELONNET

 

Faisait partie du diocèse d’Embrun et de la viguerie de Seyne, aujourd’hui dans le canton de Seyne. La commune, de 2955 hectares, est située au NO de Seyne-les-Alpes dans un milieu montagneux, l’habitat étant établi entre 1000 et 1200 mètres d’altitude. Le maximum de population fut atteint en 1316 avec plus de 700 habitants, aujourd’hui un peu plus de 400. Comme la plupart des communautés de la baillie de Seyne, Selonnet se voit accorder par Raimond Bérenger IV le régime du consulat en 1228. Le castrum de Sallo est alors représenté par Jean Aymar consul avec le consentement des seigneurs de Selonnet et au nom de l’abbé de l’Ile Barbe. En 1237, le comte Raimond Bérenger V accorde sa protection à l’abbaye de l’Ile Barbe à la tête des prieurés de Selonnet, Ubaye, Bayons et Clamensane (RACP, n° 120, p. 231 et n° 283, p. 372-374). Les trois châteaux de Selonnet, d’Ubaye et de Saint-Martin dépendaient déjà de l’abbaye en 1183 (RACP, p. 234, note 1). Ils sont en effet cités dans la bulle de Lucius III du 11 mai 1183 [1].

 

467. Surville et la chapelle romane Notre-Dame

 

C’est un quartier situé au SSO du chef-lieu qui abrite une chapelle romane ruinée sous le titre de Notre-Dame. La carte de Cassini le nomme Dessus Ville et figure un établissement religieux correspondant à une abbaye. Il pourrait s’agir de l’Ile Barbe seigneur en partie de Selonnet depuis le XIIe siècle. Le père abbé recevait l’hommage de ses vasseaux comme cela fut fait en 1304 [2]. Le toponyme ville évoque un établissement carolingien qui au XIIe siècle est devenu le siège d’un prieuré bénédictin et est à l’origine de la paroisse. Celle-ci s’est ensuite déplacée sur le site de Selonnet avec création d’un château et d’une nouvelle église paroissiale, celle-ci reprenant la titulature de la première, Notre-Dame. Apparemment l’église paroissiale fut construite bien après le château et même, d’après les historiens, sur ses ruines. C’est ce que suggère l’abbé Féraud : l’église paroissiale a été bâtie dans le dix-septième siècle sur les ruines du château du duc de Lesdiguières ; on a conservé une des tours pour en faire le clocher (p. 77). R. Collier reprend ces mêmes données mais met en doute que le clocher soit un reliquat de tour. Il ajoute que l’église actuelle a été bâtie en 1871 (p. 388).

 

468. Chapelle Saint-Domitien, prieuré de l’Ile Barbe

 

C’est sous l’appellation St-Domitien chapelle ruinée qu’est cité par la carte IGN un édifice situé 500 mètres au sud de Selonnet. Le cadastre napoléonien de 1819 le montre en état en section D parcelle 14 bis, sous l’appellation de St Damesian. Le coutumier de 1835 rapporte qu’il y a une procession à une chapelle dédiée à saint Domitien le premier juillet (2 V 73). La chapelle est encore mentionnée le 25 juin 1859 comme étant située à un petit kilomètre de l’église, elle est assez vaste mais la voûte est en planches et ne possède aucun ornement (2 V 92). En fait elle est citée dans la bulle de Lucius III de 1183 comme dépendant de l’Ile Barbe, ecclesia sancti Domitiani. Le saint Domitien en question est un personnage né à Rome vers 347. Venu en Gaule, il entre à Lérins comme moine, puis, ordonné prêtre par saint Hilaire d’Arles, il fonde à St-Rambert-de-Joux (diocèse de Belley) un monastère en l’honneur de Saint-Christophe. Il est fêté le 1er juillet [3]. La ruine de la chapelle est située en plein champ et semble bien orientée d’après le cadastre napoléonien.

 

469. Sainte-Madeleine à Villaudemard 

 

Villaudemar est un hameau situé à quelques 5 kilomètres au nord du village et à 1220 mètres d’altitude. A l’époque de l’abbé Féraud il contient 102 âmes et c’était jadis un prieuré appartenant à l’abbaye de Boscaudon (p. 77). Curieusement le hameau n’est pas signalé par la carte de Cassini (n° 152) mais est bien visible sur le cadastre de 1819. Il abrite un édifice religieux sous le titre de sainte Madeleine qui fut érigé en paroisse depuis une trentaine d’années selon l’abbé Albert qui écrivait en 1783 (I, p. 267). Ici encore nous rencontrons le toponyme ville associé à un nom de personne germanique qui pourrait envoyer à une fondation carolingienne.

 

470. Chapelle Notre-Dame des Champs

 

500 mètres au sud de Villaudemard se trouve un petit hameau nommé les Champsaurs. Les habitants ont élevé en contrebas du village, en plein champ, une chapelle qu’ils ont nommé Notre-Dame des Champs. C’était en 1902. Elle a été restaurée en 2004 [4].

 

471. Chapelle Sainte-Thérèse d’Avila de La Liberne

 

La Liberne est un hameau situé un kilomètre au SE de Selonnet où se dresse une chapelle dédiée à sainte Thérèse d’Avila qui aurait été construite en 1844. C’est un domaine privé.

 

Synthèse

 

Nous avons découvert deux sites pouvant relever des premières églises rurales, Surville et Villaudemard, mais on pourrait peut-être y ajouter celui de Saint-Domitien d’autant qu’il faisait l’objet d’une procession annuelle. A l’est de Selonnet on remarque un quartier portant le nom de St-Etienne et au nord de celui-ci un autre dit le Prieuré. Ce prieuré pourrait être celui que possédait l’abbaye de Boscodon dont parle l’abbé Albert qui le qualifie d’ancienne fondation (I, p. 268-269).

__________________________________

 

[1] FILLET L. abbé, L’ile Barbe et ses colonies du Dauphiné, Valence, 1895-1905, p. 14 et 99-101.

[2] J. ARNOUX, « Les fiefs du monastère de Saint-Martin de l’Ile Barbe », Bul. SSL des BA, T. XI, p. 21-24. Voir également Féraud, Souvenirs religieux, p. 57-58, qui dénomme le prieuré de Notre-Dame d’Entraigues, interaquas, à Sellonet.

[3] Chanoine F. TROUCHE, Ephémérides des saints de Provence, M. Petit, 1992, p. 75.

[4] Information tirée du site Internet Vallée de la Blanche.

 

Voir site Dignois