Daniel Thiery

Ubraye

 

UBRAYE

 

Faisait partie du diocèse de Glandèves et de la viguerie d’Annot, aujourd’hui dans le canton d’Annot. D’une superficie de 3565 hectares, la commune est située au sud d’Entrevaux dans un milieu montagneux qui a acueilli cependant plus de 600 habitants au XVIIIe siècle. L’habitat est dispersé en plusieurs hameaux établis entre 900 et 1200 mètres d’altitude. Le nom d’Ubraye apparaît en 1125 dans le cartulaire de Lérins accompagné d’un nom d’homme qui sert de témoin dans une charte concernant Briançonnet, Bertrannus de Ubraia (CL n° CXCVII, p. 200). L’enquête de 1278 nous informe que le seigneur évêque de Glandèves tient dans sa main l’église paroissiale dudit castrum et qu’il n’y a pas d’autre maison religieuse. Le seigneur roi est seigneur dudit castrum qu’il tient sous son dominium et qu’il possède dans ledit castrum les justices (n° 830, p. 426). Le castrum était établi sur la colline située immédiatement au NE du village où le cadastre napoléonien de 1830 place une tour et qu’il nomme le château, altitude 1047 m.

 

Le village, au pied de la colline, renferme une église dédiée à saint Julien dont R. Collier donne une brève description : bien que très reprise, surtout extérieurement, cette église peut être encore considérée comme romane en grande partie. La nef comporte trois travées voûtées en berceau brisé, avec doubleaux rectangulaires retombant sur des pilastres. A la naissance de la voûte, moulure en gros quart-de-rond formant imposte sur les pilastres. L’abside, en cul-de-four, est nettement plus basse que la nef. Le bas-côté nord, ouvrant par de grandes aracades en plein cintre avec impostes en quart-de-rond, est voûté d’arêtes. Clocher-tour avec baies en plein cintre. L’appareil est en pierres de taille mais pas très régulières. Au total, nous devons être ici en présence d’un XIIIe siècle avancé (p. 116).

 

532. Le prieuré Saint-Martin

 

A un peu moins de 1000 mètres au nord du village, est cité par la carte IGN le lieu-dit St-Martin. Abbayes et Prieurés nomment parmi les prieurés du diocèse de Glandèves, à Ubraye, le prieuré Saint-Martin (p. 174). Le cadastre napoléonien en section A 3 parcelle 1254 signale un bâtiment avec une croix dit St Martin. Il est placé au bord du chemin d’Ubraye à Jaussiers. Il est également mentionné par la carte de Cassini. Par la suite, il n’en est fait plus aucune mention, les visites pastorales de la fin du XIXe siècle n’en parlant pas.

 

533. Le prieuré de Jaussiers

 

C’est encore le cadastre napoléonien qui signale en section A 1, parcelle 175, un bâtiment dit le Prieuré. Orienté vers le nord il se présente avec une abside en hémicycle. Il est situé à quelques 400 mètres au sud du hameau de Jaussiers et à l’est de Notre-Dame des Neiges. Il côtoie à l’ouest le Ravin des Combes. On peut le situer à la cote 931 signalée par la carte IGN. Il est probable que ce prieuré ait servi d’église paroissiale avant sa destruction et son abandon. Il n’y a pas en effet d’édifice religieux à Jaussiers et nous savons qu’au XIXe siècle, c’est l’église d’Ourges sous le titre de Notre-Dame de l’Assomption qui sert de lieu de culte pour les habitants (voir monographie de Saint-Benoît).

 

534. Chapelle Notre-Dame de la Rivière

 

Elle est située au NNE du village au bord du Ruisseau de Laval, isolée et en pleine campagne. Elle est régulièrement citée lors des visites pastorales de la fin du XIXe siècle, de 1856 à 1884. Elle est qualifée de chapelle rurale Notre-Dame (2 V 86 et 93). Le 18 mars 1912, elle est dite Notre-Dame du Mont Carmel et il est signalé que la toiture a été remise à neuf (2 V 95). Dans le quartier de la Condamine, elle a été entièrement restaurée par la municipalité en 2008.

 

535. Succursale Saint-Pons du Touyet

 

Le Touyet ou Touillet, selon Cassini,est un hameau situé au SO d’Ubraye qui est composé à l’époque de l’abbé Féraud de 26 maisons divisées en plusieurs groupes plus ou moins rapprochés. La population est de 136 âmes. Le Touyet n’était d’abord qu’une annexe d’Ubraye ; il fut érigé en succursale par le dernier évêque de Glandèves. Son titre de paroisse lui a été rendu en 1807 (p. 299). L’église est sous le titre de saint Pons.

 

536. Notre-Dame des Neiges

 

Elle est située en pleine montagne à l’ouest de Jaussiers à 1100 mètres d’altitude. Le site Internet de la commune d’Ubraye indique qu’elle a été bâtie à la fin des années 1800 par une famille de Rouainette en mémoire d’une jeune fille décédée accidentellement. Il ajoute qu’en 2009 une centaine de tuiles ont été acheminées à pied par les habitants afin de restaurer la toiture en très mauvais état. Elle est en effet signalée en ruine par la carte IGN. Elle figure en état sur le cadastre napoléonien de 1830 dans le quartier dit Notre Dame des Neiges en section A 1, parcelle 423 dite chapelle. En 1866, elle est qualifée de chapelle domestique, c’est-à-dire dans une propriété privée. Elle est dans la campagne, éloignée, où l’on ne célèbre la Ste messe que le jour de ND des Neiges, petite mais en bon état et très bien ornée. En 1870, elle est située sur le chemin de Saint Jean et en 1884 la chapelle Notre Dame des Neiges est assez propre [1].

 

537. Succursale Saint-Sébastien de Rouainette

 

Rouainette est un hameau situé à l’extrémité ouest de la commune 500 mètres au sud du village de Rouaine qui se trouve dans la commune d’Annot. C’est pourquoi la paroisse a dépendu de Rouaine à cause de cette proximité et de l’éloignement d’Ubraye. C’est néanmoins une église succursale, c’est ainsi que Cassini la qualifie, de même les visites pastorales du XIXe siècle. Le patron de la paroisse est saint Louis.

 

538. La chapelle Saint-Joseph de Rouainette

 

Il est signalé au XIXe siècle une chapelle rurale sous le titre de Saint-Joseph. Elle apparaît en 1866 où il est reconnu qu’elle a besoin de quelques réparations. Encore citée en 1870 et 1876, le 13 août 1883, la chapelle rurale St-Joseph a été récemment restaurée, on a ajouté un campanile et placé une cloche (2 V 86 et 93). Elle figure en état sur le plan cadastral de 1830 ainsi que sur la carte de Cassini n° 153. Aujourd’hui, elle est mentionnée en ruine à 200 mètres à l’ouest de Rouainette.

 

539. Chapelle Saint-Barthélemy de Laval

 

Laval est un hameau situé au sud de la commune au bord de la D 10 à environ 1000 mètres d’altitude. Il est équipé d’une chapelle qui a pour patron saint Barthélemy. Elle est en très bon état.

 

Synthèse

 

Le milieu montagneux a favorisé l’éclosion de plusieurs chapelles et églises succursales et Ubraye en est bien pourvu. Le XVIIIe siècle, avec 637 habitants en 1765, alors qu’en 1851 on n’en comptait plus que 237, a favorisé ces fondations. Laval, le Touyet, Rouainette font partie de ces églises ou chapelles élevées à cette période. On repère deux chapelles de protection ou élevées suite à un vœu, Saint-Joseph et Notre-Dame des Neiges. Les deux prieurés de Saint-Martin et de Jaussiers, ainsi que la chapelle Notre-Dame de la Rivière peuvent être beaucoup plus antérieures, mais on ne connaît pas leur fondateur ni la date de leur érection.

______________________________________

 

[1] Visites de 1866, 1870, 1876 (2 V 86), 1884 (2 V 93).

 

Voir site Dignois